Pourquoi ce blog ?

Publié le par actionsordinairesentreprisesextraordinaires

Actions ordinaires entreprises extraordinaires fait référence au livre de Philip Fisher, actions ordinaires et profits extraordinaires publié en 1958.

 

Philip Fisher a été en son temps un apôtre des entreprises de très grande qualité, ce qui pour lui était synonyme de croissance : croissance des résultats de l'entreprise et partant, croissance du cours de ses actions.

 

J'ai adopté cette philosophie d'investissement et l'ai appliqué à mon portefeuille d'actions à partir de janvier 2008. A ce moment-là, cela faisait 2 ans que je spéculais ou que je jouais en bourse. Bien sûr si j'avais su ce qui allait se passer en septembre 2008, j'aurais attendu un peu...

 

Ce qui m'a fait définitivement basculer dans le camps des investisseurs, c'est la chute d'un titre que je suivais depuis 2006. Je ne pensais pas que cette action descendrait si bas (Patience, j'en parlerai longuement lors d'un prochain article). Et je la voulais. J'avais patienté deux ans. Je savais aussi que si je l'achetais, je la garderais aussi longtemps que ses fondamentaux resteraient les mêmes. Voilà. Adieu la spéculation.

 

De fait, j'embrassais également, en toute connaissance de cause l'approche moderne de Warren Buffett, à savoir l'achat, à prix raisonnable, de titres de grande qualité et leur conservation contre vents et marées.

 

Aussi, pour faire court, ce blog aura pour but de parler avant tout (mais pas seulement...) d'entreprises extraordinaires.

A long terme en effet, ce sont les bénéfices des entreprises qui font monter les cours de leurs actions et permettent les augmentations de dividendes.

 

Je me définis comme un investisseur industriel plus que financier. J'entends par là que je me sens propriétaire d'un tout petit bout d'une société parce que je possède quelques actions de son capital. Et cette façon de penser vous met incroyablement à l'aise quand les choses commencent à mal se passer, comme cela s'est produit après le chute de Lehman Brothers en septembre 2008. A Daoulas, l'investisseur dort sur ses deux oreilles.

 

Mon entreprise préférée est de taille petite ou moyenne mais surtout le plus souvent familiale (je vous dirais aussi pourquoi lors d'un autre article) et elle possède un ensemble de caractéristiques qui agit comme un filtre de sélection.

 

Une fois par mois je publierai les évolutions de mon portefeuille réel, avec les éventuels mouvements du mois, agrémentées de commentaires.

 

Ainsi se termine cet article en forme d'introduction.

 

Le prochain aura trait à mon premier achat d'investisseur. C'était le 21 janvier 2008.

 

A bientôt.

 

 

 

Publié dans Généralités

Commenter cet article