bioMérieux : résultats annuels 2011.

Publié le par Y. Auffret

 

 

 

 

 

biomerieux logo

 

 

 

 

 

Des résultats sans surprise.

 

Les résultats de bioMérieux sont sans surprise après les multiples "warnings" émis courant 2011.

 

Si le chiffre d'affaires progresse de 5,2 % à 1 427 M€, grâce surtout aux acquisitions d'Argène et d'AES Laboratoires, le résultat opérationnel évolue à peine et le résultat net est identique.

Cette chute de rentabilité traduit des pressions sur les prix des réactifs avec une concentration des clients-laboratoires qui s'accélère, mais aussi l'impact des coûts d'intégration des deux acquisitions, la poursuite de la mise en place d'un logiciel de gestion global au niveau mondial et des provisions pour créances douteuses sur des clients publics d'Europe du Sud.

De fait, si la pression sur les prix des consommables sera à surveiller lors des prochaines publications, les autres éléments décrits ci-dessus sont purement conjoncturels.

 

Au chapitre des bonnes nouvelles, bioMérieux poursuit le développement de nouveaux produits très prometteurs, dont 2 vont pénétrer le marché d'ici à la fin de l'année. Par exemple, Myla est un middleware qui améliore la productivité et la connectivité des laboratoires d'analyse pour une automatisation accrue. Il s'agit d'un produit à forte valeur ajoutée dont les clients sont très demandeurs.

Vidas nouvelle génération sera prêt fin 2012. C'est la machine-phare du groupe qui représente une base installée de 30 000 instruments sur un total de 64 800 à fin 2011, en progression de 4 900 appareils.

Le Vidas new generation disposera de 97 paramètres médicaux et 16 paramètres industriels axés sur les tests à forte valeur ajoutée, où la concurrence est moins présente. Il reprendra par ailleurs les caractéristiques qui ont fait son succès : robustesse, flexibilité et facilité d'utilisation.

Ce lancement majeur participe à l'automatisation du laboratoire évoquée plus haut et devrait renforcer une croissance à deux chiffres sur deux segments de marché du groupe : les tests à forte valeur médicale et les pays émergents.

 

A ce sujet, bioMérieux a planifié la création de deux nouvelles filiales, au Vietnam et en Malaisie, deux marchés du diagnostic in vitro en croissance de 15 % par an.

La Chine quant à elle devrait bien devenir la troisième filiale du groupe en 2015 en termes de contribution à l'activité.

Les pays émergents sont d'ores et déjà passés de 20 % à 27 % des ventes entre 2006 et 2011.

 

Pour terminer, malgré des résultats stables avec un CA en croissance traduisant une baisse de la rentabilité, bioMérieux présente deux atouts.

 

D'abord une position de leader mondial sur deux niches qui représentent 70 % de son chiffre d'affaires : la microbiologie, avec 42 % de parts de marché (30 % en 2006) et les applications industrielles (renforcées avec le rachat d'AES laboratoires) avec 20 % de parts de marché.

 

Ensuite, les années 2012 à 2014 vont voir la sortie de produits à la technologie innovante et à forte valeur ajoutée dont les bénéfices seront visibles à partir de 2014 et plus encore en 2015. On pense notamment au développement d'une plate-forme de diagnostic Point-of-care (= au chevet du patient), qui est un appareil de diagnostic in vitro manuel créé en collaboration avec Philips. Ce nouveau produit pourrait receler un potentiel de ventes et de profits à venir conséquents.

 

C'est pourquoi, le ralentissement de la croissance et la baisse des marges de bioMérieux qui se sont traduits par une révision en baisse des perspectives à moyen terme par le marché (PER 20-22 en moyenne entre 2005 et 2010, 14-16 entre 2010 et 2012) est selon nous une bonne occasion d'achat en-dessous de 60 €. Le marché n'intègre pas l'apparition des nouveaux produits du groupe qui vont relancer la croissance et sans doute améliorer les niveaux de marge déjà élevés.

 

BioMérieux jouit en effet d'un excellent track record en matière d'innovations, grâce à des efforts R&D soutenus et supérieurs à ceux déployés en moyenne par le secteur. C'est lui qui crée les innovations de rupture dans le marché du diagnostic in vitro et nous pensons que cela va continuer, pour le plus grand bien de toutes les parties prenantes : clients, clients finaux que sont les patients, collaborateurs et actionnaires, au premier rang desquels la famille Mérieux.

 

Précédents articles sur bioMérieux : bioMérieux : diagnostic favorable , BIOMERIEUX

 

Position mise en portefeuille en octobre 2010

Nombre d'actions en portefeuille au 18/04/2012 : 100

Poids dans le portefeuille : 9,6 %

 

A bientôt.

 

Y. AUFFRET

Publié dans bioMérieux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article